Si vous désirez créer une affiche, un flyer, une couverture de livre, il vous faudra la plupart du temps intégrer des fonds perdus à votre document. C’est le fond perdu qui va permettre à ce qu’un fond de couleur, une image ou une photographie s’étende jusqu’au bord de la feuille, sans laisser apparaître le moindre blanc. Les fonds perdus sont en effet indispensables lorsque l’on veut réaliser une maquette sans “blanc tournant”. 

L’obligation d’imprimer des fonds perdus découle des variations du placement de l’image sur la feuille de papier. Ils dépendent donc d’impératifs techniques et non artistiques. A l’impression donc, l’image peut être très légèrement décalée d’une page à l’autre. Il faut aussi tenir compte du jeu entre les feuilles qui vont être massicotées par paquets de plusieurs centaines. Ces deux jeux s’ajoutant, on se prémunit de l’apparition de bords blancs en agrandissant l’image de fond. Ainsi, à la coupe, un décalage de quelques dixièmes de millimètres n’engendrera pas de trop fâcheuses conséquences et ne sera quasiment pas perceptible.

Comment imprimer les “fonds perdus” ?

Au moment de la création de votre document, il faudra donc prévoir une image légèrement plus grande que l’image finale réalisée. Techniquement, vous devez prévoir dans votre fichier un dépassement de l’image par rapport au format fini (dit aussi “rogné”). Lors de la coupe, le massicotier va découper le document selon les traits de coupe. ce dépassement de fond se transformera en chute de papier et sera donc “perdu”. Nous conseillons 2,5 mm de fonds perdus de chaque côté de votre page.

Sur l’illustration ci-dessous, vous voyez clairement l’image dépasser la zone de rogne (de coupe) sur les quatre côtés. Bien sûr, aucune information importante ne doit se trouver dans les fonds perdus ! Ainsi, entre les fonds perdus et la zone de tranquillité, vous intégrez qu’il ne faut jamais placer quoi que ce soit d’important du bord d’une composition.

Les fonds perdus

Dans un logiciel de mise en page (exemple : InDesign®), vous réglerez les fonds perdus au moment de la création de votre fichier comme suit :

InDesign : les fonds perdus

Si vous ne disposez pas d’un logiciel de mise en page professionnel

Si vous ne disposez pas d’un logiciel professionnel de P.A.O. comme InDesign® ou Quark XPress®, vous pouvez toujours créer des fonds perdus. Il suffit d’ajouter à votre création une marge extérieure reprenant la couleur du fond. D’une façon générale, si vous devez éditer des affiches, des feuillets, des cartes de visite, agrandissez la taille de votre document de 2,5 mm par côté. Ainsi l’imprimeur coupera dans ce surplus d’image et votre document bénéficiera des fameux “fonds perdus”. Par exemple pour un format A4 qui mesure 210 x 297 mm, vous produirez un document de 215 x 302 mm.

Vous voyez donc que l’on peut tout à fait créer un document de qualité sans forcément utiliser un logiciel spécialement dédié. Cependant, si vous connaissez déjà les notions de traits de coupe, fonds perdus et zone de tranquillité, vos chances de réaliser une impression sans problème n’en seront que plus grandes !

Imprimer les indispensables “traits de coupe”

Imprimer les indispensables “traits de coupe”

Les traits de coupe sont des traits d'environ 5-7 mm que votre logiciel de mise en page (InDesign®, Publisher®...) va ajouter automatiquement dans chaque angle de votre création afin que l'imprimeur sache où découper votre document. Il est donc impératif de régler...

lire plus